s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

EL Hadji Malick Ndiaye
Nacionalidad:
Senegal
E-mail:
Biografia
BARA WALLA BARSAX

genoux sur la barque des songes vains,
J'escalade des montagnes sales de larmes et d'ennui.
Sur un estuaire grand comme l'affliction,
Mes grosses narines mythiques flairent l'opulence
Par-del le mur de souffrance qui me spare du monde.
Alors, pour ne plus exister la lisire de l'humanit,
J'ai jet un sort au destin et je me suis fait Voile.
mirage !
Sur le dos de l'eau, dans la nuit froide et large comme l'ocan,
Je suis parti des ctes de Guine comme les forats d'hier,
Sur une pirogue faite de bois mort et de rsine,
Avec un talisman et quelques camarades dans la poche,
De l'argent et une lettre pour mon cousin d'Espagne.
En songe, j'ai vu les lumires de Lampedusa !
Ce n'est pas l'Espagne, mais cela y ressemble.
mirage !
Bara, Bara, murmure la lune noire mon me,
Mon me l'entend et opine ttue comme le murmure.
Le vent a dispers dans son gnreux effort,
La vieille carte corne que nous avions emporte
Et sur l'eau devenue moire, nous devinons notre route,
tourdis par l'immensit de notre rve.
Des heures, des jours, des semaines,
Nous ne voyons plus depuis bien longtemps
Les plages de notre village ;
Verrons-nous jamais les lumires de l'Occident ?
mirage !
Le soleil et la chaleur ont pris possession de nos sens ;
Immense, dmesure, immensurable, la mer regarde nos corps scher
Comme le sexe d'une veuve blanche
Alors qu'au loin mugissent les bateaux sourds.
mirage !
La fentre de la dsesprance ouvre sur la tristesse de l'impossible.
Nous plissons nos paupires gaves de mensonges,
Fatigus de traverser l'avenir,
Auscultant sans cesse l'immensit vide o gisent les promesses
devenues songes.
Nous choyons lentement d'avoir cru
Trop nafs aux paroles d'un monde jadis humain.

LE PETIT HOMME ET SA LEON

Un petit homme venu d'ailleurs m'a donn la leon.
Un petit homme si imbu de son savoir
A dit une leon apprise tel un singe savant
Qu'il ne tenait ni de l'historien, ni du philosophe,
Seulement d'un scribouillard bigleux,
Lointain passager hglien.
Le petit homme juch sur des talons de prtention
Est venu se moquer dans ma cour de savoir,
Puisque si ses pres ont dompt les miens,
C'est parce qu'ils taient les plus grands ;
Fi de la ruse, de la fourberie, des trente deniers offerts au cousin.
Ses pres ont cras les miens,
Pour mieux craser et soumettre la maladie et la nature.
Le rire gras du petit homme rsonne mes oreilles,
Comme rsonnent les applaudissements imbciles
De ceux qui n'ont pas vu passer l'offense.
J'ai t plus bless dans ma fiert Ceddo
Par ce monde repu assis en ranges dans la cour du savoir
Qui ne rpondit pas et se contenta d'applaudir.
J'offris alors au petit homme ce grand livre des Noirs
Qui fait de la parole un monde.

LA HAINE N'EST RIEN

Je ne sais pas har
Je rends la haine son envers inavou
Har pour moi,
C'est esprer un signe,
C'est faire miroiter dsesprment,
Derrire sa ngation flatulente,
La virtualit d'un amour en souffrance.
Le bras le plus belliqueux,
Lorsqu'il abat le fer sur une nuque offerte et nue,
Exerce la puissance contraire
De deux amours antinomiques.

biografia:
EL Hadji Malick Ndiaye


N au Sngal, crit pour son peuple, celui des tres vivants...

elmalick_ndiaye@yahoo.fr

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s