s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Eddy Soric
Nacionalidad:
Francia
E-mail:
edisogood@net.hr
Biografia

Eddy Soric
Rédacteur affûté du monde francophone, correspondant régulier dans les pays slaves, j'écris depuis l'adolescence selon mon inspiration et les évènements à travers le monde.
A ce jour plus de cinq cent poèmes, nouvelles et autres formes de témoignages écrits.
Croate d'origine, Suisse pour l'honneur, je me sens avant tout citoyen du monde.
edisogood@net.hr

 

Tendre coeur

Je ne cesse jamais d'entendre
ce coeur dans la nuit d'automne,
à vif, espace de mots sanguins,
et quand même je m'éloigne
le temps me rappelle ton visage,
la ville de nos premiers ébats
et la mer amicalement nôtre.
Ne m'en veux pas Tony Curtis
tu aimes les femmes autant que moi
mais celle que j'aime absolument
et qui m'habite de son éclat
ne cesse de battre dans mon coeur.

L'ombre d'un homme

Le vent de février avait un poids d'hiver,
qui passait sur mon coeur comme une serpillière,
nettoyant de mon âme les discours prolétaires,
insufflant à l'oreille le désespoir las.
Qu'importe la couleur, pourvu qu'on ait le temps...
Car j'étais malheureux comme Umberto Saba,
absent et sans passion, de rouge sans éclats,
Saba et Saba pas, l'écriture vacille,
au tremplin de la gloire, le marteau, la faucille !
Qu'importe la mousson, pourvu qu'on ait du riz...
Et alors arriva le cheveu dans la soupe :
Quand on flirte la rue, le sang et le pavé,
le destin nous emballe de funestes baisers,
la mort un mois d'hiver, à l'ombre d'un parti.

Les tourments du pêcheur

La fontaine était pleine à craquer,
un vent fou, une pluie battante,
sûrement un besoin de s'abriter.
Le sable volait en dilettante,
un océan de loup, une pluie battante,
sûrement un besoin de s'abriter.
La gorge brulait, noble volume,
un ruisseau de pieds, une pluie battante,
sûrement un besoin de s'abriter.
La musique avait un goût de furie,
un rock blessure, une ombre lente,
sûrement un besoin de naviguer.
La promenade rasait les docks délabrés,
une guitare sèche, une ombre lente,
sûrement un besoin de naviguer.
Les traits tirés roulaient par terre,
un portrait grave, une ombre lente,
sûrement un besoin de naviguer...
Jusqu'au jour où, après une semaine de supplices et de distorsions,
le pêcheur retrouva enfin le sourire !
La saisie avait été bonne :
une marée de soles.


 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s