s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Rachid Khaless
Nacionalidad:
Marruecos
E-mail:
Biografia
1.
Tabula raza

Signe ton baptme pyromane !
Craque allumette crpite feu de ghenne pe carlate et clats acrs
Brle parchemins anciens et futurs dfais et legs et royaumes et royauts
Au bcher ce monde dsuet
commencer par lantiquit surtout moderne !

Crevons labcs
lenfer aux mille feux dltres lallgeance !
La religion, lesprance je les jette tout autant que les livres et les paradis quils promettent
Et que je sois damn ! Et quon me lapide !
Je men moque. Je suis dj ailleurs
Et ni ce monde ni lautre ne comptent ni ne me troublent

Ma poitrine se gonfle dun souffle ample, souffle baroque mais aux rsonances indites :

Que ma proie soffre moi non dans le consentement mais dans la tnacit : le saccage nen sera que plus beau
Guerre guerre : olifants et fuel !

Ma main revient des confins sombres de labsence Elle est charge de qebrit splendide et la dflagration sera. pulvriser le galet lisse de lorgueil

Et cest de salves de syllabes et de sons brusques que je vous dynamiterai

Coups coupants mes mots entailleront vos faces et poitrines vous saigner blanc

Jallumerai mille toiles dans vos yeux a sappelle mise en orbite ! et je les saccagerai coups dongles tranchants et de dissidence

Vous tomberez en poussire comme fruits de cave puis je ramasserai vos cendres et pelure je les exposerai aux vents
[Vous serez partout et ne serez nulles parts]
Vous serez ternels dans mon nant

2.
Que mimportent vos trsors et vos empires
Et vous mes non-frres que jai acculs au pied des dcombres

Que mimportent vos royaumes et le futur
Je suis dj affranchi des calendes crucifies dans vos mains

Et jamais je ne graviterai autour des constellations fixes dans la vote cleste
Jai choisi les marges et les courbes au lieu du charnier des cadavres linaires

Jai form des desseins cruels en vue dembarquement neufs et dantidote

Et jai brl vers la posie pour toujours !

Bchez vos saisons donnez-leur des noms et des fleurs
Conviez des convives goter leur fruit et chanter votre louange

Jen ai assez de toutes ces nourritures avaries quon sert toutes solennits ou pour dobscurs rites
Elles avaient t apprtes avec toutes pices par des taverniers aux mains factices

Je moctroie quant moi tout le trouble que me doit mon souffle raffermi des alcools tenaces

Et je ne dclame ni ne chante
Je dis mes fivres sculaires
Et des musiques autres
Vastes filles donctions de feu

moi ! moi la virginit des incendies !
Feu ! Feu sur tout. commencer par ces feuillets barbares

Je resplendis ltendue unique ! Je lappelle sur toutes mes ruines

Sans cesse elle me renouvellera

***
Quil rpande sa lpre dans mes veines ce sicle de croiss et de trouvres
Moi jy tiens ma place et tant pis pour la postrit et jen mourrais chaque instant sil fallait abdiquer mes utopies
Juvre dans le silence et mappartiens chaque fois que japproche de ma mort

Je descendais
Au milieu des ruines
Sonder lessence du feu
Qui couve sous la rouille
De la peau et sans cesse
Me dchire

Je suis toute absence toute omniprsence et je perce aisment les coeurs de mes ennemis :

lcart la charogne ! scrie lun deux

Je confirme : je suis de la race des perfides ; jai bu un vin dense dont les toxines sont de la fabrique du tonnerre et vos quolibets me matteignent pas

Et les guerres je les connais toutes. Et les vierges arnes

Enfant dj jaurai livr toutes les bagarres :

Lalerte venait des cimes
Des immeubles : dmons terribles nous endossions notre audace et des armures forms de nos mains manches de balais vols et morceaux de zinc nous tions de la tribu dAntar et nos rivaux les Dhobyane nous tions prts prolonger dun sicle encore Dahis et al-Ghabra

Ma voix devenait rauque sous mon masque, je commandais des gurilleros pas plus hauts que des arbres nains
Nous avions des frontires conqurir, des audaces chtier
Que de feux sallumaient dans nos yeux quand au bout de la ruelle slevait le chant de la bande rivale ctaient de vrais tremblements de crcelles !
Larne tait dinfinis piges et perte de vue les colonnes taient prtes lassaut
Barricades torches cimeterres Nous rigions des chemises troues en guise dtendards

Et soudain sbranlait la troupe aux aguets
Le tnor un rondouillet au gosier net entonnait le chant de notre Rpublique

Bagarres bagarres sans fin

Ctait le sang qui sanctifiait nos solitudes !

3.
prsent jusine des sons froces quelle surgisse cette silhouette btarde dans ma vie que je lexhibe sur la place publique que je lance les enchres je suis Orphe et jcorche ma voix dans lappel ma prire de labsent : je suis dj loin en moi ailleurs je suis un faux et un rengat et jrigerai mon poignard quon me relgue aux marges du panthon et autres phmrides quest-ce que a peut me foutre ? je suis dj cadavre. Par le pass jai pous Christ arrim ma chair et je lui ai donn le dernier baiser et je tuerai tous les autres Christ et les Bouddhas et lacrerais les parchemins du Hedjaz quils processionnent dans mon champ de mines je dynamiterai icnes et livres de Babel Byzance et je vous menace et je charge je choisis la guerre je choisis lescalade

***
Ds le commencement jai entrevu la fin

Et jai rompu le lien qui maurait asservi au monde : jtais seul en enfer et jordonnais des musiques rauques pour tenter le miracle

Et jai chemin dans ma cervelle une lgende et portant dans les mains des cailloux bruts

Jai tiss lhorizon une couleur et jai conspir contre largile et son miracle jtais le sige de tous les sacrilges

Et survint la folie jeune pouse pour dternelles noces javais alors fini de saccager en moi toute la lumire

Je me suis donn pleinement la vie et cent fois jai rv ma mort : A et O brouills et cap vers un territoire constamment ouvert

Ctaient des voyages sans fin et de toutes sortes :

lge de raison grondait dans ma tte le ras-le-bol et je projetais de tuer en moi la prsence de tous les pres

Un jour jai tagu sur les murs du lyce des inscriptions hrtiques

Tracts et slogans rouges taient mes premiers cots aguerri je mapprtais ourdir toutes les conspirations

En cours darabe jai excit la meute la controverse javais cette poque-l une voix miraculeuse et mon cur avait lempire sur toute race

Jai vu les mots engendrer une vraie algarade : chacun cognait sur le visage porte de son poing

Mais jai survcu la catastrophe avec lenvie de raffermir mon trop-plein de fureur

Et ma tte a t mise prix jtais mr au gibet

Et je moctroyai alors toute ltendue du risque :

Quand le gong a retenti les chardonnerets ayant fui loin jai convoy de rouges romances vers des rgions vierges. Ctait Allal qui tenait la cadence : nos pas sonnaient mme nos curs

Nous surprenions dj lhorizon repris de la soie de nos mains, la mort qui ntait plus quun corbeau jet sur la blanche solitude de laube. Et nous exultions aux territoires purs conquis par la seule emprise de nos penses

Le pays cessait dtre une terre dpouvante et nous llevions sur nos paules et sentions son poids

notre sang nous inventions des lgendes et damples prisons nos futures pouses

Ctaient des rves sans fin que nous consumions avec notre dernire cigarette

Enfin pour sceller cette alliance nous reniions nos races le torse plein de souffles bruts et de livres de rvoltes

Ctait en un banal jour de commencement du monde !

***
Je suis le conqurant flottant sur les violentes lames et bientt je brlerai les barques et les parfums de ma terre natale

Voil que jaccoste dans un port que hante le sang

Devant moi mon ennemi et derrire clats et cendre

[Et je suis loin dans lblouissement Mais mon coeur bat dune belle audace

Et cest mille fois mort que je reviendrai au monde : lentement jescaladerai le versant abrupt de la vie]

La houle je lai tracte la rompre sur mes phalanges formes aux flammes ; ctait avec une force que je dois mon haleine et mes muscles

Et jai tir le torse plein de cartes de prodigieuses cargaisons

Alors que les vagues me traversaient dun bout lautre dans un bouleversement musical

Cest absous dhumanit que je moctroyais limmensit du monde ce minuscule champ de bataille !

Extraits de Guerre totale

biografia:
Rachid Khaless

N en 1966 au Maroc, Rachid Khaless est professeur agrg de lettres franaises. Il vit et enseigne Rabat. En septembre 2004, Cantiques du dsert, son premier recueil de posie, parat chez lHarmattan, collection Potes des cinq continents.
Ce livre est salu par la critique qui en souligne le ton nouveau. Rachid Khaless s'acquitte de cette tche par un travail original sur sa propre voix , prface demble Abdellatif Labi.
Depuis, le pote mne une qute exigeante sur lui-mme et sur sa langue.
Cette voix authentique, tour tour corche ou apaise, est sans cesse lafft des moments essentiels pour fonder une parole et difier lhumain.
Les crits de lauteur [nouvelles, pomes] paraissent dans les journaux, les magazines ou en anthologie au Maroc et ltranger. Il participe aux rencontres et rcitals de posie.
Traducteur, il publie en dcembre 2007 aux Editions du Ministre de linformation Je vois la musique, livre dartiste avec Ahmed Alajmi et Aysha hafedh, scupteur.
Guerre totale est son dernier recueil crit.

rkhaless@yahoo.fr

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s